Questions fréquentes

Une unité de méthanisation à Chacé

Avec plus de 1 000 sites en France, la méthanisation représente une source d’énergie renouvelable qui contribue à répondre au défi majeur de la transition énergétique. Le projet de méthaniseur à Chacé n’est pas le premier sur le Saumurois puisque deux unités existent déjà à Doué-en-Anjou.
L’unité de méthanisation portée par SEVE sera implantée dans la zone industrielle de Chacé. Le biogaz produit par le méthaniseur sera valorisé localement par la station bioGNV de Saumur dont l'ouverture est prévue en janvier 2020.

NON, Le procédé de méthanisation se déroule en milieu hermétique, confiné et fermé. Les matières organiques entrantes sont transportées dans des citernes (matières liquides) ou des camions bâchés et étanches (matières solides) et directement déchargées à l’intérieur du bâtiment de réception. Placé sous dépression, ce bâtiment est équipé d’un système de traitement d’air par biofiltre chargé de capter et de traiter les odeurs. Par ailleurs, le digestat ayant subi cette fermentation est inodore et valorisé en engrais.

NON, Les unités de méthanisation ne présentent pas de risque majeur d’explosion. La méthanisation se déroule dans un milieu anaérobie, c’est-à-dire sans oxygène, ce qui signifie que le risque d’explosion est quasiment impossible. De plus, le gaz présent sur site est stocké sans pression. Les installations sont également contraintes à des normes de sécurité drastiques (consignes de sécurité, normes de construction,…) afin d’éviter toute fuite ou source d’étincelle. Cette réglementation impose notamment une distance minimale de 50 mètres avec les premières habitations, une distance très largement respectée par l’implantation du site de Chacé.

NON, Le procédé en lui-même est silencieux puisque seuls quelques moteurs électriques (sans bruit) sont en action. Concernant le bruit lié au transport, il faut savoir que seulement deux camions par jour viendront alimenter l’unité de Chacé. Il s’agit à la fois d’une question de rentabilité économique et de respect des habitants.

Le comité de suivi

Afin d’accompagner le projet dans son développement et son fonctionnement, Saumur Energies Vertes a mis en place, dès février 2018, un comité de suivi réunissant les personnes concernées par le projet, toutes d’horizons divers. Le comité est composé d’un représentant du syndicat du Saumur-Champigny (Dominique Joseph), d’un élu de la Communauté d’agglomération (Anatole Micheaud, en charge de la transition énergétique), d’un élu de Chacé (Grégory Moreau), d’un représentant de la zone d’activité dans laquelle sera implanté l’unité de méthanisation (Mickael Requillard d’Ackerman), de 2 représentants du collectif et habitants de Chacé (Fabien Duveau et Jean Luc Guiocheau) et des porteurs de projet (Lucien Gerbier, président de Saumur Energies Vertes, et Aurélie Kaminski de la SemA-E).

Véritable lieu d’échanges, le comité de suivi se réunit régulièrement, parfois en compagnie de spécialistes comme des experts agronomes, afin de débattre et de répondre aux questions que le projet pourrait soulever et aboutir ainsi à un projet de qualité et accepté par le plus grand nombre.

Pour en savoir plus sur la méthanisation :